L'Actualité écologique en direct:
Flux RSS d'AgirPourLaPlanete.com

Coton : pour un vêtement bio et éthique !

Jeudi, 27 Mai 2010 13:21

La culture du coton est l'une des plus polluantes du monde. Le marché du textile et de l’habillement est un secteur où les conditions de travail des salariés et l' impact sur l’environnement ont des conséquences inquiétantes…

La culture du coton consomme un quart des pesticides vendus sur la planète. Le blanchiment ou la teinture du coton exige d’utiliser des métaux lourds comme du plomb ou du chrome, tout deux toxiques… Un T-shirt made in China, consommerait en moyenne pour sa production 25 000 litres d’eau et émettrait 5,2 kg de CO2.

 

L’impact négatif du textile sont les fibres difficiles à recycler, les conditions de travail des salariés, le travail des enfants et la pollution des eaux et rejets volatils. Aujourd’hui la moitié de la population active gagne moins de 1,5 € par jour…
Oxfam-solidarité a lancé sa campagne Vêtement Propres de mai à octobre 2010 sur le thème : « Je réclame un salaire décent pour les travailleurs de l’habillement » avec notamment une vidéo étonnante ! Les organisations membre mèneront des actions de sensibilisation et d’interpellation pour sensibiliser le grand public et les autorités sur l’importance d’offrir un travail décent aux travailleurs du Nord comme au Sud…

 

L’objectif est de pousser les grands distributeurs et discounters à tenir compte dans leurs négociations commerciales avec leurs fournisseurs de vêtements, le respect d’un salaire minimum vital basé au moins sur le standard de l’AFW (syndicats et ONG asiatiques).
Oxfam, veut mettre les responsables belges et européens devant leurs responsabilités. En effet, pour un tee shirt vendu 20€ chez Carrefour, Aldi ou Lidl : 9,2€ sont versés pour le distributeur contre seulement 0,20 centimes pour la couturière de Chine, Bangladesh, Inde ou d’ailleurs. C’est insuffisant pour se loger, se nourrir… cette petite somme est du aux grandes surfaces qui ont quasi le monopole et impose des lois aux travailleurs du Sud et du Nord.

 

C’est également pour cela que le marché du textile bio ou éthique commence peu à peu à s’imposer. Les producteurs du coton bio et éthique respectent le salarié et l’environnement via l’interdiction de produits toxiques et de semences OGM. Certaines entreprises ont même développé de nouvelles matières écologiques à base d’algues, de soja ou de bambou ! Que ça continue !

 

 

Joséphine Marchandise