L'Actualité écologique en direct:
Flux RSS d'AgirPourLaPlanete.com

Les Emirats arabes Unis inaugurent la plus grande centrale solaire à concentration au monde

Écrit par Debby   
Mercredi, 20 Mars 2013 09:06
Valerie Hukalo / Foter.com / CC BY-NC-SA
Les Emirats arabes unis, pays pétrolier du Golf, sont entrés dans le secteur de l'énergie solaire ce dimanche 17 mars 2013 avec l'inauguration de Shams-1, la plus grande centrale d'énergie solaire à concentration mise en service au monde.



Un coût de 600 millions de dollars pour alimenter 20 000 foyers.


Une centrale à 120 km d'Abou Dhabi

La centrale couvre une superficie équivalente à 285 stades de football. Elle est située en plein désert à 120 km d'Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis. Sultan al-Jaber, patron de Masdar (Organisme en charge du projet) ambitionne de tirer 7% de ses besoins en énergie de sources renouvelables. Abou Dhabi est le plus riche des sept membres de la fédération des Emirats et renferme à lui seul des réserves pétrolières de 98,2 milliards de barils, soit 95% de celles du pays.

Dans le monde, beaucoup de centrales solaires fonctionnent grâce à la technologie photovoltaïque pour générer de l'électricité. Cependant, celles à concentration n'atteignent pas l'ampleur de la centrale Shams-1. Ce projet est contrôlé à 60% par Masdar et les groupes Total (France) et Abengao Solar (Espagne) contrôlent la part restante.

Le parc de Shams-1 se divise en 192 rangées de collecteurs solaires générant une énergie qui évite l'émission de 175.000 tonnes de gaz carbonique par an.



Investissement ou gaspillage ?

Les Emirats arabes unis ont de grands espaces désertiques à exploiter, des ressources en pétrole menacées et semblent utiliser leurs profits pour préparer le moment où ils n'auront plus que le sable à exploiter.

Pourrait-on réaliser un tel projet en Europe ? Le terrain dans le désert ne coûte rien, le soleil est bien présent, ce qui n'est pas le cas en France. Les panneaux solaires sur les toits des maisons est une solution mieux adaptée à notre pays contrairement à un projet expérimental comme celui-ci.  

Alors investissement ou gaspillage pour les Emirats arabes Unis ? En espérant que les vents de sable n'auront pas tout détruit avant de pouvoir parler de rentabilité et amortissement.

 

Sources : bfmtv batiacu