L'Actualité écologique en direct:
Flux RSS d'AgirPourLaPlanete.com

Le retour de la nuit en ville

Écrit par Debby   
Mercredi, 03 Juillet 2013 08:59
clairageL'éclairage inutile dans les villes représente une pollution lumineuse, un gaspillage d'énergie et une nuisance pour la santé et l'environnement. Il représente un coût, pollue inutilement, gène le sommeil des riverains et perturbe la faune Nocturne..

Ce lundi premier Juillet, la réglementation visant à interdire l'éclairage des bâtiments publics, des vitrines et des bureaux la nuit est entrée en vigueur. Objectifs : économies d'énergie et réduction des nuisances.


Des règles et gestes simples

Les façades de bâtiments publics, vitrines de magasins ou d'expositions, devront éteindre leurs lumières au plus tard à partir de 1h du matin jusque 7h. Quant aux bureaux, ils devront être éteints pas plus d'une heure après le départ du dernier salarié.

Il suffit d'éteindre ou de programmer l'extinction de l'éclairage en sortant.

 

Réaliser des économies

hugo-boss-champs-elysees-06-08-2006-6h41-1_lSelon le ministère, cette mesure équivaut à la consommation annuelle d'électricité de 750 000 ménages, soit une économie d'environ 200 millions d'euros. Elle éviterait également l'émission de 250 000 tonnes de CO2.
Autres arguments : réduire la pollution lumineuse contribue à la préservation de la luminosité. Les astronomes luttent également contre les éclairages car ils peinent de plus en plus à trouver un ciel bien noir.

Le texte autorise cependant les préfets à délivrer des autorisations spéciales la veille des jours fériés, pendant les fêtes de Noël, ou dans les zones touristiques... Une quarantaine de communes sont déjà concernées notamment la capitale sur les Champs Elysées, Montmartre, place des Vosges... ainsi que le centre touristique de Marseille, Nice ou le Vieux Lyon.

Des contrôles seront effectués par les maires et préfets. Le contrevenant qui ne respecte pas ces limitations s'exposera à une amende d'au plus 750€.

 

Une initiative suffisante ?

nightLe Syndicat de l'éclairage regrette le champ d'action de l'arrêté qui ne prend pas en compte le gaspillage énergétique de l'éclairage en plein jour. Celui-ci est estimé à 16 TWh au total, bien au-delà des 2 TWh d'économies espérés par la mise en place de l'arrêté.

Le syndicat préconise donc l'installation d'automatismes intelligents pour éclairer où il le faut et quand il le faut, ou l'utilisation de LED plus avantageuses que les lampes à économies d'énergie car elles ne contiennent aucun élément chimique dangereux.

Pour se faire une idée de l'efficacité de cet arrêté, il nous faut attendre les premiers bilans en Janvier 2014.


L'avis des Français

Durant l'été 2012, TNS Sofres réalise un sondage sur la perception qu'ont les Français des nuisances lumineuses, notamment sur les éclairages nocturnes.

87% des Français se disent favorables à l'extinction des bureaux inoccupés, 84% à l'extinction des enseignes et publicités lumineuses, 82% à l'extinction des vitrines des commerces.

Pour près d'un Français sur 2, les nuisances lumineuses sont spontanément associées à l'éclairage artificiel. Ils considèrent donc les enseignes, l'éclairage des bureaux et des vitrines comme principales nuisances lumineuses la nuit.

15% des Français de sentent personnellement exposés à des nuisances lumineuses la nuit.

 

Sources : developement.durable.gouv  -  Le Figaro